Enjeu : blessures liées aux véhicules tout-terrain

L’augmentation de la popularité des véhicules tout-terrain (VTT) s’accompagne d’une augmentation des traumatismes majeurs. Les véhicules hors route (VHR), y compris les VTT et les motoneiges, posent des risques importants, y compris des risques de décès, pour les enfants conducteurs, les passagers et les piétons.

Problème : enfants et jeunes conducteurs 

Tout comme les voitures, les véhicules tout-terrain sont des véhicules motorisés qui nécessitent des compétences et un jugement adultes. Les VTT peuvent atteindre une vitesse de 105 km/h et peser jusqu’à 227 kilogrammes, soit environ 500 livres.

Parachute reconnaît que, bien que les VTT et les motoneiges posent un certain degré de risque pour tous les conducteurs, les risques sont plus élevés pour les enfants et les jeunes. 

La Société canadienne de pédiatrie souligne que les enfants et les adolescents courent particulièrement le risque de se blesser et de décéder en VHR, car ils n’ont pas les connaissances, le développement physique ou les capacités cognitives et motrices nécessaires pour conduire ces machines en toute sécurité. De plus, les jeunes enfants n’ont pas une capacité de résistance très soutenue.

Selon les données du Système canadien hospitalier d’information et de recherche en prévention des traumatismes, les enfants subissent des blessures graves dans des zones récréatives, sur les routes, les autoroutes et les fermes. 

Solutions

Parachute appuie la mise en place de mesures de prévention des blessures, y compris l’adoption d’une loi sur l’utilisation des VHR en fonction de l’âge, la formation des conducteurs, l’utilisation appropriée d’équipement de protection ainsi que l’interdiction de passagers.

Légiférer l’utilisation en fonction de l’âge

Parachute s’est joint à plusieurs organisations de prévention des blessures pour réclamer des règlements sur les véhicules tout-terrain fondés sur des preuves scientifiques et illustrant les avantages des initiatives législatives dans le domaine automobile, notamment l’imposition d’un âge minimum de 16 ans pour la conduite.

En l’absence de législation interdisant aux enfants de moins de 16 ans de conduire un VTT ou un VHR, Parachute reconnaît l’importance d’éduquer les jeunes conducteurs dans les communautés rurales et agricoles aux fins de la conduite liée aux besoins du travail et aux déplacements. Ceci peut être une excellente occasion pour les parents d’adopter un comportement sécuritaire et d’expliquer aux jeunes que, tout comme pour la conduite automobile, la conduite des VTT nécessite des compétences et des connaissances adultes.

Formation des conducteurs

Parachute recommande également que l’âge minimum prévu par la loi pour commencer les programmes de formation des conducteurs de VTT et de VHR soit fixé à 16 ans.

Lorsqu’un jeune atteint l’âge de 16 ans, des cours de formation appropriés sont une excellente façon d’acquérir les compétences, les connaissances et la confiance nécessaires pour conduire en toute sécurité un véhicule hors route.

Nous sommes très favorables à la formation des conducteurs de VTT et de VHR; cependant, nous ne disposons pas de recherches suffisantes pour recommander une approche de formation particulière. 

Équipement de protection

Les données hospitalières indiquent que les incidents de VTT et de VHR sont associés à un risque sérieux de blessure à la tête. Par conséquent, Parachute préconise le port du casque et de vêtements appropriés pour les personnes de tous âges lors de l’utilisation de VTT et de VHR.