Le programme Sécurité routière primaire est conçu pour renforcer la sécurité des communautés scolaires en mettant en œuvre des solutions fondées sur des données probantes qui permettront de répondre aux problématiques propres à chaque communauté qui adopte le programme.

Chaque année au Canada, on observe en moyenne : 

  • 30 enfants piétons tués
  • 20 enfants cyclistes tués
  • 2 400 enfants piétons blessés
  • 1 800 enfants cyclistes blessés

Dans l’ensemble, les blessures subies par les piétons et les cyclistes comptent parmi les principales causes de décès et d’hospitalisation chez les jeunes. Souvent, ces blessures évitables se produisent à proximité d’écoles achalandées. 

L’adoption du programme Sécurité routière primaire (SRP) vous donnera les outils nécessaires pour faire face aux problèmes de sécurité dans les zones scolaires qui touchent votre communauté et les résoudre. Vous apprendrez à :

  • Évaluer les risques
  • Faciliter l’engagement communautaire avec les principaux intervenants
  • Identifier et déterminer les interventions structurelles appropriées

Le programme comprend un ensemble d’étapes à suivre et de ressources à utiliser par les collectivités qui souhaitent améliorer la sécurité dans leurs zones scolaires et augmenter le nombre d’enfants qui se rendent à l’école et en reviennent en marchant, en pédalant ou en roulant. Le programme s’adresse aux enfants de moins de 14 ans qui fréquentent l’école primaire.

Créer une zone scolaire plus sûre

Les embouteillages et les comportements dangereux des conducteurs sont fréquents dans les zones scolaires aux heures où l’on dépose et reprend les enfants. Ces conditions dangereuses peuvent mettre les enfants en danger, surtout si l’on tient compte du fait que les jeunes enfants ne sont pas toujours prudents ni conscients de leur environnement.

Étant donné le nombre inquiétant de blessures subies chaque année par les enfants piétons et cyclistes au Canada, la peur des parents peut influer sur leur décision d’autoriser ou non leur enfant à se rendre à l’école à pied ou à vélo. Les parents peuvent choisir de conduire leurs enfants à l’école en voiture, sans se rendre compte que cela pose un risque plus élevé, lié tant au fait de collisions avec d’autres véhicules motorisés que de la réduction de l’activité physique des enfants.

Les communautés scolaires doivent tenir compte de ces questions de sécurité, répondre aux craintes des parents et fournir des solutions fondées sur des données probantes au moyen de l’éducation, de la modération de la circulation, des changements apportés à l’environnement bâti et de l’application de la loi. Adoptez le projet Sécurité routière primaire pour rendre votre zone scolaire sécuritaire tout en faisant la promotion de l’activité physique auprès des enfants. 

Les raisons pour lesquelles le transport actif est important 

Illustration of boy running with backpack on

L’Agence de la santé publique du Canada recommande aux jeunes Canadiens de faire au moins 60 minutes d’activité physique moyenne à élevée chaque jour pour profiter d’un état de santé optimal. Toutefois, selon ParticipACTION, seulement 35 pour cent des enfants et des jeunes canadiens de 5 à 17 ans s’adonnent à cette activité physique quotidienne. C’est une mauvaise chose parce que l’activité physique est requise pour :

  • La santé mentale et physique de l’enfant
  • Le développement des habiletés motrices
  • Un bon rendement scolaire

Seulement 25 % des enfants et des jeunes de 5 à 17 ans utilisent le « transport actif », c’est-à-dire la marche, le vélo, le patin à roues alignées, la planche à roulettes, la course ou le jogging. Ainsi, des enfants qui peuvent se rendre à l’école à pied ou à bicyclette sont déposés en véhicules automobiles. Nous devrions promouvoir le transport actif à l’école comme étant un moyen de transport facile et amusant afin de nous assurer que les enfants respectent les lignes directrices en matière d’activité physique quotidienne et demeurent en santé.

Soutenu par